ARTICLE
17 octobre 2020

43036.jpg

Utilises-tu tes pieds autrement que pour marcher? Tes pouces autrement que pour texter? Pèses-tu en livres ou en kilos? Il y a 50 ans, le gouvernement canadien amorça la métrification des unités de poids et mesure.

UN CHANGEMENT INACHEVÉ
Tout a commencé au début des années 1970. À l’époque, on achetait de l’essence au gallon, on grelottait au fahrenheit et on s’abreuvait de pintes.

Le 16 janvier 1970, Le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau décide d’implanter le système métrique par échelons. En 1972, les provinces se mettent d’accord pour mettre les panneaux routiers en métrique, on met des mesures métriques sur les produits, vers 1979 on achète notre essence en litres, puis … plus rien.

Il faut dire que la question du changement de systèmes s’était politisée, en Ontario beaucoup se trouvèrent frustrés que le changement fut obligatoire.

En 1984, le gouvernement conservateur de Brian Mulroney décide de suspendre la mise en application obligatoire du système métrique dans l’ameublement, les carburants et les denrées alimentaires.

Les médias de l’époque clament que l’assimilation du système métrique se fera volontairement au fil des décennies à venir. Le sujet de la métrification perdit peu à peu de sa controverse et, au changement de millénaire, était plus ou moins tombé dans l’oubli médiatique.

Et alors ?

Beaucoup diront que ce n’est pas si grave que l’on utilise les vieilles unités impériales pour se peser ou se mesurer alors pourquoi changer maintenant ?

Je n’essaierai pas de vous convaincre avec des « Le système métrique est plus simple à utiliser car il est en base 10. » ou des « le modèle impérial comprend 72 unités de base différentes alors que le système métrique n’en compte que 7. », car ces arguments, bien que logiques, oublient que notre plus gros partenaire commercial utilise le système impérial et que donner son poids en kilos ne peut résulter qu’en un froncement de sourcils intrigués de la part de la majorité des Canadiens. En d’autres mots, la logique n’est pas la raison pour laquelle vous avez commencé à utiliser le système impérial et ce n’est ?

Regardez dans votre frigo, que voyez-vous? Toutes les mesures nutritionnelles sont en grammes, dont celles du sucre, qui est un facteur important de l’obésité. Le problème ? La plupart des Québécois ne savent pas se représenter concrètement la valeur du gramme. Qu’est-ce qui est approprié pour un yaourt de 100g ? 3 grammes de sucres ? 5 grammes de sucre ? Peut-être 10 ?

La logique des manufacturiers étant que les canadiens ne veulent pas savoir quelle quantité de lipides, sucres ou gras transformés sommeille dans la nourriture que l’on achète ; que ça risque de faire peur au consommateur.

En conclusion, je sais que nous aimons bien nous sentir supérieurs aux États-Unis, si nous ne sommes pas capables de changer nos habitudes, nous admettons que nous ressemblons plus à notre voisin du sud que nous voulons le croire.

S’il faut plus de 50 ans à un peuple pour changer son système de mesures, combien de temps lui faudra-t-il pour changer son mode de vie en vue de freiner le réchauffement climatique.

Quand les pieds mangent les mètres

Christophe Saillant

Références

Illustration

<a href='https://www.freepik.com/vectors/design'>Design vector created by rawpixel.com - www.freepik.com</a>