SUGGESTIONS

5 février 2021

Une introduction à l’univers macabre de Junji Ito 

Marianne Saillant-Sylvain

Screen-Shot-2019-06-25-at-8.25.24-AM.png

« Quand j’étais jeune, les histoires d’horreur étaient limitées à certains endroits et certains évènements, comme de simples apparitions fantomatiques » raconte Junji Ito. « Mais j’ai découvert que le gigantesque est terrifiant; que l’univers est terrifiant. Je travaille sur des mangas qui s’étendent jusqu’aux lointaines limites du monde. » 

 

Bien qu’il refuse d’accepter ce titre, le mangaka Junji Ito est considéré par plusieurs comme le maître de l’horreur japonais. Souvent inspirés par des souvenirs de son enfance comme ceux de la maison familiale ou des histoires de guerre racontées par ses parents, ses ouvrages attirent des curieux partout à travers le monde, éveillant à nouveau des peurs nostalgiques. Cependant, en raison de la taille colossale de sa collection, il peut être difficile pour les intéressés de savoir par où commencer. Les trois courtes histoires présentées dans cet article offrent un  aperçu de l’imaginaire de ce mangaka tordu. 

 

The Enigma of Amigara Fault
                                  L’énigme de la faille d’Amigara

faultpg9yi3_edited.jpg

Dans le flanc d’une montagne, des dizaines de milliers de trous à forme humaine sont découverts et attirent l’attention des foules partout à travers le monde. Ces tunnels, qui semblent être sans fond et dont l’âge est estimé à plusieurs centaines d’années, ont un effet magnétique; quelque part dans la faille d’Amigara, il y a un trou fait spécialement pour vous, à votre image. Impossible de résister à son appel. Portant sur un mystère vieux comme le monde, cette nouvelle fait naître chez le lecteur un sentiment de claustrophobie inévitable. Il s’agit sans doute de l’une des histoires les plus célèbres de Junji Ito. 

 

Layers of Fear
              Couches de peur
6b27d0b98cfca42cba6ad1aa1f120981_edited.

Après avoir exploré un grand nombre de ses œuvres, il devient clair que l’être humain est l’objet d’horreur par excellence pour Ito : « Je ne considère pas les animaux comme effrayants […] Je crois que c’est le corps humain qui est le sujet le plus propice à inspirer la terreur. » La déformation de son corps ou la perte de familiarité avec celui-ci sont des sujets récurrents dans la collection de mangas d’Ito. Layers of Fear met en scène un personnage qui, après un accident de voiture, découvre que son corps n’est qu’un ensemble de couches de peau superposées, ayant l’apparence de différentes périodes de sa vie. Son innocence et sa beauté d’enfance sont enfouies quelque part à l’intérieur de son propre corps, mais devrait-elle vraiment tenter d’y accéder? Abordant les thèmes d’une famille dysfonctionnelle et d’une culpabilité lancinante, Layers of Fear est un manga à éviter pour les personnes au cœur sensible. 

 

The Long Dream
                       Le long rêve
0346mjk8_edited.jpg

Vous êtes-vous déjà demandé si votre vie n’était en réalité qu’un rêve ? Quel est votre dernier souvenir de la réalité ? Dans The Long Dream, un homme se présente à un hôpital en se plaignant de ses rêves qui sont anormalement longs, si longs que sa santé mentale et son apparence physique dépérissent à un rythme inquiétant. Dès qu’il s’endort, ce sont des jours, des semaines, des mois qu’il passe dans sa propre tête. Étranger à son corps, l’homme maudit erre dans les corridors de l’hôpital durant la nuit, au malheur des autres patients. Dans cette nouvelle où l’influence de l’auteur américain H. P. Lovecraft se fait sentir, Junji Ito explore la peur du sommeil et de la perte de son humanité.