SUGGESTIONS

30 avril 2020

La quarantaine perdure : les suggestions musicales également !

Philippe Champoux

Les suggestions de ce mois-ci seront axées sur des albums qui ont une grande qualité instrumentale. Ne vous surprenez donc pas si mes descriptions portent sur des solos ou autres passages uniques à une seule mélodie. Il toutefois fort recommandé de ne pas uniquement écouter le passage ou la chanson mentionnée : l’expérience complète de ces albums est tout aussi intéressante !

01. Tubular Bells — Mike Oldfield

pasted image 0 (1).png

Unique en son genre, Tubular Bells est un album qui n’est pas séparé en chansons et ne comporte aucunes paroles. Composé en 1973, il est le résultat des expérimentations instrumentales et sonores d’un jeune homme de 20 ans, Mike Oldfield. La partie la plus intéressante de cet album est la guitare, plus précisément la Fender Telecaster utilisée pour TOUS les sons de guitare. Celle-ci a été utilisée tout au long de l’enregistrement. Mike altère l’effet sonore de sa guitare avec plusieurs différents modificateurs de sons afin de créer une grande diversité de riffs. L’ambiance résultante en est à couper le souffle.

02. Crime Of The Century—Supertramp

2.png

Le groupe de rock progressif Supertramp est bien réputé pour son utilisation de l’harmonica dans plusieurs de ses chansons. Cet album ne fait pas exception à la règle : la chanson d’ouverture, School, présente une magnifique mélodie qui m’a fait aimer cet instrument qui m’avait toujours paru anodin. Ensuite, la chanson If Everyone Was Listening nous présente une excellente harmonie entre le piano et la clarinette, qui apporte une légèreté sonore très agréable au thème principal. Finalement, le piano se fait remarquer de plus bel dans la finale de l’album Crime Of The Century. L’énergie dégagée par cette dernière mélodie apporte le même sentiment que si vous regardiez la fin de votre film préféré pour la première fois. Cela dit, ce ne sont pas uniquement ces passages qui valent la peine d’être écoutés, mais l’album en entier (vraiment, allez l’écouter).

03. Adam’s Lament — Arvo Pärt

3.png

Arvo Pärt est un compositeur estonien de musique classique. Ce qui frappe réellement dans cet album n’est toutefois pas le violon, la contrebasse ou tout autre instrument : c’est le chant. La chanson d’ouverture Adam’s Lament présente des paroles religieuses rédigées par Syméon Antonov, un homme de religion russe. Du long de ses 25 minutes, la composition présente des chants parfois légers et rassurants, parfois lourds et dramatiques. Malgré ma non-croyance, je ne peux nier la beauté constante et harmonieuse de ces voix.

04. Dark Side of the Moon—Pink Floyd

4.png

Que dire… Cet album est probablement pour vous familier : que ce soit par vos parents, vos amis, ou par vous-même, vous avez indubitablement entendu parler en bien de cet album. Les deux chansons dont je vais parler se suivent l’une et l’autre : The Great Gig In The Sky et Money. La première se distingue par son chant à la fois harmonieux et agressif qui serait capable de donner des frissons à quiconque l’écoutant. La seconde comporte une des mélodies de basse les plus connues et un solo de saxophone extravagant. Je n’en dis pas plus : si vous ne l’avez jamais écouté, précipitez-vous le plus rapidement possible sur cet album.

05. To Pimp a Butterfly—Kendrick Lamar

5.png

Les racines du hip-hop sont tirées du jazz et du funk. Cet album y fait honneur comme nul autre, présentant une harmonie impeccable entre la poésie et ces genres musicaux. Le premier interlude de cet album For Free? en est le parfait exemple, présentant une puissante ouverture au saxophone et qui se poursuit d’un arrangement de percussions, piano et contrebasse très rapide et énergétique agréable à écouter. L’utilisation du saxophone est également présente dans plusieurs autres chansons, notamment Alright et Mortal Man.

06. Ah Um — Charles Mingus

6.png

Mon passage favori de l’album est sans aucun doute la dernière pièce, Girl Of My Dreams. Cette chanson clôture de l’album est composée de plusieurs mélodies jouées au même moment par les saxophonistes, présentant probablement la panoplie de sentiments qui se bousculent lors d’un premier amour. Le thème amoureux se joue en concordance avec un rythme de percussions extrêmement rapide, me rappelant la vitesse d’un cœur qui bat la chamade.

07. Electric Ladyland – The Jimi Hendrix Experience

7.png

Guitariste de renommée, Jimi Hendrix eut une vie courte, mais prolifique. La chanson All Along the Watchtower de Bob Dylan est reprise dans cet album et comporte un des solos de guitare les plus satisfaisants à écouter. Son utilisation de la résonance au milieu de celui-ci nous donne le sentiment d’être de retour dans les années 1960 au Festival de Woodstock, en plein centre du mouvement hippie. Je pourrais d’ailleurs en dire de même pour toutes ses autres chansons, entre autres Voodoo Child (Slight Return), mais ce sera à vous de juger si vous appréciez ou non son talent indéniable.