mois des archives | 2021

mois des archives.jpeg

Oeuvre du mois par Fiona Ivers

Nous ne serons jamais plus des hommes

si nos yeux se vident de leur mémoire.

« La route que nous suivons », L'homme rapaillé,

Gaston Miron

TANNÉS DES HISTOIRES DE PLUMES?

OPINION

La vie la plus belle est celle que l’on projette par ignorance. On s’efface derrière une logique bancale pour appuyer son hostilité de déni. Il n’y a alors plus de douceur ni d’empathie à l’égard de l’autrui envié. « Alors que Max Gros-Louis ne se gêne pas pour salir les Québécois », c’est un peuple tout entier qui se voit relégué dans un territoire qu’on lui a ravi.

Emmanuel Brouillette

Thierry Dorval

27 juillet

Loi 101

OPINION

Tout ceux qui s’opposent de façon catégorique au projet de loi 101 sur la langue officielle des Québécois en veulent irrévocablement à la culture québécoise et au sort des Québécois eux-mêmes. La langue d’un peuple est sa culture et sa mentalité. Il est impensable que des Québécois purement québécois s’opposent à la sauvegarde de notre langue.

Jean Langlais

17 juillet

Dieu créa l'Homme...Et l'Homme voulut être Dieu

CRITIQUE

Diogène, dans son éternelle recherche d’homme, n’a trouvé et ne trouvera peut-être jamais de candidat adéquat.

André Bourcier

Thomas Arteau

9 juillet

Parenter c'est patenter

CRITIQUE

C’est sans doute cette admiration viscérale du narrateur pour la jeune fille, mise en évidence, qui me laissait croire à une romance s’étalant sur plusieurs décennies. Mais non, c’est d’une relation père-fille dont il est question… 

Louis Émond

Mariane Cantin

4 juillet

La chute du héros...

NOUVELLE

Déjà la journée tirait à sa fin. Le soleil, descendant lentement à l’horizon, laissait sa place à la Lune. La vallée était déserte. Un vent tiède au souffle régulier faisait ondoyer l’herbe longue et verte. La vie diurne se laissait gagner par le sommeil que déjà, la vie nocturne s’éveillait.

André Bourcier

23 juillet

La peur d'un mot

OPINION

Rappelons-nous que ce qui est plus petit est plus facile à manœuvrer, est plus efficace, plus simple et plus sain. Rappelons-nous que nous avons une langue, une culture à protéger et que la souveraineté pourrait bien servir à une plus grande humanisation des rapports sociaux. Rappelons-nous qui nous sommes. Rappelons-nous aussi que si le fédéral fait tant de cas de la "séparation", que s'il met tant d'énergie à essayer de déconcerter le peuple québécois, c'est qu'Ottawa y perdra et que le Québec y gagnera.

Matthieu Mellon

15 juillet

Cinéma

CRITIQUE

Le lendemain de la mort douloureusement abrupte des rêves indépendantistes, Hélène Villemure, dans une sublime économie de mots, livre à l’étudiant des années 80 se demandant quoi faire de ses dix doigts non pas seulement une suggestion de film à voir, mais également une critique élogieuse et éclairante sur le propos d’Arcand dans Le confort et l’indifférence.

Hélène Villemure

Thomas Arteau

7 juillet

DIEU

CRITIQUE

Certains vont dire que le monde est parfait, seulement qu’il l’est moins que Dieu. À cela, je dirais que, lorsqu’il s’agit de la perfection, on ne peut pas parler de plus ou moins; la perfection est complète, entière, absolue, ou bien elle est inexistante. Puisque le monde est moins parfait que Dieu, alors le monde est imparfait, d’où résulte que Dieu, créateur d’un monde imparfait, est imparfait Lui-même. Un Dieu ne peut pas être imparfait, donc Dieu n’existe pas.

Daniel

Laurent Porter

21 juillet

Exercices pratiques

OPINION

1. On s’attribue ce à quoi on contribue.

2. L’intelligence d’un texte est dans la tête de celui qui l’écrit. La preuve en est cette pensée.

3. La Joconde a le même sourire qu’une personne dure d’oreille et faisant semblant de comprendre.

Micha Globensky

André Bourcier

Éric Delagrave

Jacques Rinfret

13 juillet

Journée de révision

CRITIQUE

« Avant de commencer, je voudrais que tu comprennes bien une chose », c’est que cet article ressemble à du chialage à tout va comme autant de coups d’épée dans l’eau. Commencer un texte en tutoyant le.la lecteur.ice en lui intimant qu’il.elle est poche, c’est pas fort fort comme stratégie. C’est aussi faux de dire que l’article ne s’adresse qu’à une personne; l’auteur s’en prend plutôt au personnage généralisé de l’étudiant. Contre quoi s’indigne autant notre môssieur Fortin?

Laurent Porter

Yves Fortin

5 juillet