ARTICLE

14 mars 2021

Perseverance: un survol de cette grande mission

Noémie Fortin-Tchernof

mars.jpg

« L’exploration est l’essence même de l’esprit humain », disait Frank Borman, un astronaute américain¹. Une autre frontière de l’espace a récemment été franchie avec succès. En effet, les médias ont abondamment couvert dans les dernières semaines la mission du nom de Perseverance. C’est un projet qui élargit les horizons de l’humanité, une œuvre de collaboration et de persévérance, comme le suggère le nom du robot d’exploration. Quel est l’état actuel de cette grande mission ? Voici un survol de son avancement.

 

Tout d’abord, on peut s’intéresser tout particulièrement au nom donné à l’unité robotisée d’exploration martienne. Ce nom inspirant a été choisi lors d’un concours dans lequel l’Agence spatiale américaine (NASA) a demandé à des jeunes de la maternelle jusqu’au secondaire de proposer un nom pour la mission qu’on appelait jusqu’alors Mars 2020. Une quantité impressionnante de 28 000 propositions a été reçue, chaque proposition de nom accompagnée d’un court texte pour en justifier le choix. Parmi ceux-ci, neuf finalistes ont été retenus en janvier : Clarity, Courage, Endurance, Fortitude, Ingenuity, Promise, Tenacity, Vision et Perseverance². Le collégien de Virginie qui a proposé le nom gagnant a soulevé que les noms des missions précédentes omettaient cette qualité des plus importantes. 

 

Cette mission complexe se déroule évidemment en plusieurs phases. Après l’étape du prélancement, le robot Perseverance a quitté la Terre le 30 juillet 2020 et son trajet jusqu’à la planète Mars a duré environ sept mois. L’engin spatial, voyageant à une vitesse d’environ 39 600 km/h, a franchi les 480 millions de kilomètres qui nous séparent de Mars pour aller se poser sur la planète rouge grâce à des prouesses technologiques tout simplement stupéfiantes. Il a ensuite fallu vérifier les instruments, puis les opérations de surface ont pu commencer. C’est cette étape qui est en cours³.

 

Sur le plan scientifique, la mission Perseverance comporte quatre objectifs principaux. Le premier est d’étudier la géologie de Mars et d’analyser l’histoire du territoire. Un second but astrobiologique est de déterminer si une région quelconque est propice à la vie ou s’il y a déjà eu de la vie à cet endroit. Le troisième motif est de trouver et d’entreposer des échantillons pertinents du sol martien pour, éventuellement, les ramener sur Terre et les étudier. Le quatrième objectif est de préparer le terrain pour une future présence humaine… eh oui! Le robot est chargé de cette mission qui, on en convient, atteint la limite de la science-fiction.

 

Le robot explorera le cratère de Jezero et recherchera des dépôts rocheux qui pourraient avoir préservé des signes de vie microbienne ancienne. Par exemple, certaines argiles se forment uniquement en présence d’eau et pourraient comporter des traces d’organismes vivants. L’équipe cherchera des signes comme des formes caractéristiques dans la roche ou encore certains motifs récurrents dans la composition chimique du minerai récolté par Perseverance.

 

La mission comporte aussi des objectifs de développement technologique. Les missions précédentes sur Mars ont demandé des progrès remarquables ; la mission Perseverance n’y fait pas exception avec ses nombreuses unités à la fine pointe de la technologie. Parmi celles-ci, on trouve Moxie, le surnom de l’expérience intitulée Mars Oxygen In-Situ Resource Utilisation Experiment. C’est le module qui sert à convertir le dioxyde de carbone, présent en grande quantité dans l’atmosphère de Mars, en dioxygène. Le chercheur principal de cette portion de la mission, Michael Hecht,  a indiqué que, lors de futures explorations habitées sur Mars, une possibilité pour assurer un retour sécuritaire des humains sur Terre serait de produire une quantité importante de dioxygène et ainsi en faire une source d’énergie pour propulser la fusée abritant les astronautes. Cela permettrait d’éviter d’apporter le matériel nécessaire au retour de la fusée lors du lancement de celle-ci.

 

Plusieurs autres prouesses technologiques aident à la réalisation de cette mission gigantesque. Le robot Perseverance, grâce à ses 23 caméras, fournit une vue inédite du paysage martien. Des images impressionnantes à haute résolution ont déjà paru (elles sont disponibles sur le site de la NASA)⁴. Également, Ingenuity, l’hélicoptère fabriqué pour l’exploration aérienne, sera le premier appareil volant piloté à partir d’une autre planète. Ce petit engin d’à peine 1,8 kg fonctionne grâce à l’énergie solaire et a été conçu pour voler dans les conditions météorologiques très difficiles de la planète rouge.

 

Ces faits fascinants en lien avec cette mission spatiale sont à la limite entre la science et la fiction. Certainement, l’avancement de la mission Perseverance en fait rêver plus d’un ! D’ailleurs, la NASA a offert la possibilité de faire graver son nom sur le robot d’exploration : plus de 11 millions de personnes ont postulé. Leurs noms ont été gravés sur trois micropuces placées à la surface d’un des modules du robot par un procédé microscopique. Plusieurs passagers accompagnent donc Perseverance dans sa longue quête.

¹ Erik Gregersen, « Frank Borman », Encyclopædia Britannica, consulté le 6 mars 2021, https://www.britannica.com/biography/Frank-Borman.

² Nathalie Mayer, « Pourquoi le rover Mars 2020 s’appelle Perseverance ? », Futura Sciences, consulté le 6 mars 2021, https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/exploration-martienne-rover-mars-2020-appelle-perseverance-79914/.

³ Agence spatiale américaine, « Mars Perseverance Rover », NASA, consulté le 6 mars 2021,  https://www.nasa.gov/.

⁴  Agence spatiale américaine, « Mars Perseverance Rover ».

Références

Erik Gregersen. « Frank Borman ». Encyclopædia Britannica. Consulté le 6 mars 2021.  https://www.britannica.com/biography/Frank-Borman.

 

Agence spatiale américaine. « Mars Perseverance Rover ». NASA. Consulté le 6 mars 2021.  https://www.nasa.gov/.

 

Nathalie Mayer. « Pourquoi le rover Mars 2020 s’appelle Perseverance ? ». Futura Sciences. Consulté le 6 mars 2021. https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/exploration-martienne-rover-mars-2020-appelle-perseverance-79914/