ANNONCE

28 octobre

Te souviens-tu ?

  • Facebook
  • Instagram

Marie-Félixe Fortin et Analu Faleiros

Untitled_Artwork 6.jpg

TE SOUVIENS-TU ? est un projet né suite à l'écoute du film Les Roses, où les noms des personnalités importantes de l'époque m'étaient parfois inconnues, ou vaguement existants à travers la brume de mes souvenirs. Les autoroutes, les bâtiments, les parcs qui accueillent nos pas quotidiennement sont chacun des rappels constants de notre histoire. Sautons donc ensemble sur cette belle opportunité d'apprentissage et développons notre culture générale québécoise qui saura potentiellement nous rassembler et nous montrer des facettes cachées, belles et parfois moins belles, mais qui fait tout de même de notre Québec ce qu'il est aujourd'hui. 

Que ce soit sur des personnes marquantes, des évènements historiques ou des pièces du patrimoine, nous voulons enrichir nos savoirs sur ce qu'a vécu cette terre que nous habitons et qui nous habite à son tour ! Si tu es un p’tit Joe Connaissant (ou une Josette Connaissante), sache qu’on pense à toi et qu’on espère t’en apprendre un peu plus aussi.

Notre cursus scolaire, lorsqu'il a trait à l'histoire québécoise, ne favorise pas la conservation des notions apprises trop souvent par coeur. Si je te demande de me résumer ton cours d’histoire (ou plutôt d’univers social) de 5e année du primaire, je te parie que tu vas être à court de mots ! Sans oublier que ce n’est pas tous les Québécois.e.s qui ont eu accès à une éducation complète dans notre système scolaire. Bref, quoi de mieux qu’un lexique qui plonge dans l’histoire du Québec avec de beaux tit-dessins ! 

Pourquoi TE SOUVIENS-TU ?
Premièrement, notre nom est un heureux mélange de l’expression SAVAIS-TU et de notre devise nationale JE ME SOUVIENS. 

L’expression est apparue en 1883, lorsque Eugène-Étienne Taché, l’architecte du Parlement de Québec, a décidé d’intégrer « Je me souviens » aux armoiries sur la façade du bâtiment. Sans expliquer clairement l’origine derrière l’expression, il a laissé entendre qu’il souhaitait donner un aperçu de l’ensemble des souvenirs attachés à l’histoire du Québec dans la décoration de l’hôtel du Parlement. Désormais, nous pouvons interpréter la devise de la manière suivante : « Je me souviens du passé, des leçons et de mon histoire. »

En 1978, sous le gouvernement Lévesque, la ministre Lise Payette et le ministre Denis Vaugeois ont remplacé la devise « La belle province » sur les plaques d’immatriculation pour la devise de Taché. On se départit donc de l’expression « province », qui réduisait le Québec en le rendant dépendant d'une tutelle et rappelait des vestiges colonialistes. Malgré une vague de controverse, la devise demeure et nous pouvons encore aujourd’hui l’admirer sur les plaques d’immatriculation !

Nous sommes très heureuses et reconnaissantes de vous annoncer qu'à partir de maintenant, nos capsules seront disponibles périodiquement sur la galerie d'art du journal. N'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil ! Cette semaine au menu : Les Colocs, un avant-goût du Novembre Bleu qui arrive à grands pas. 

Au plaisir, 

Marie-Félixe, rédactrice, et Analu, illustratrice.

Références

DESCHÊNES, Gaston. La devise québécoise «Je me souviens», « Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française », 2007, 
http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article518/La_devise_qu%C3%A9b%C3%A9coise_%C2%ABJe_me_souviens%C2%BB.html#.X39DmXhKhQJ (Page consultée le 8 octobre 2020). 

Correction par Léana Dupuis

​Mise en page et illustration par Analu Faleiros