Avril | 2022

IMG_346BB4081DD4-1.jpeg

Oeuvre du mois de Feriel Mazari

La poésie est arrivée. Quiconque en éprouve vraiment le plaisir ne peut oublier sa très profonde exigence. Elle est le livre parfait auquel on aspire toujours. Celui qu'aucune lecture ne pourrait épuiser et aucune histoire résumer. Celui dont la densité de diamant puise à toutes les sources de la vie tel qu'aucune mort ne peut l'atteindre. Et chaque mot maintient en lui toutes les possibilités de perception.

Marie Uguay, mars 1981

Fractures et splendeur

Poème

L’évoqué émerge

Des lagunes floues.

Une plaie béante

Dans l’indistinct

Du bois suspendu

Sous l’horizon absent

Sa plus pure image d’eau.

Emmanuel Brouillette

22 avril

La lourdeur de mes pensées

Poésie

Est-ce que ça vous arrive de ne pas avoir envie d’aller dormir? 

Comme un enfant qui refuse d’aller au lit. 

Sauf que ce ne vient pas d’un manque de volonté ou d’une vague d’immaturité.

Seulement de la peur d'entrer en contact avec l'obscurité.

Roxanne Corriveau

13 avril

Mariage en folie

Poésie

Le soleil reflète sur la fenêtre.

Les rayons pénètrent dans
mon être.

Je suis si heureuse en ce grand jour.

Oui, cette journée où viendra rayonner l’amour !

Mathilde Chetaille

06 avril

La publicité

Opinion

Le monde actuel est évidemment bombardé de stimuli et de divertissements. Nous n’échappons pas à la publicité. Elle est partout. Sur nos téléphones mobiles, sur nos réseaux sociaux, dans les films et aux arrêts d’autobus. Néanmoins, vous y êtes-vous déjà véritablement attardés ? 

An Meilodi Paquet

20 avril

L'Ukraine et
l'engagement personnel

Actualité

Un drame se déroule en Ukraine. Marioupol est évacuée ; des bombardements sévissent partout dans le pays ; au moins trois millions d’Ukrainiens ont fui pour trouver refuge dans les pays voisins. Et le conflit est alarmant : la Russie qui attaque l’Ukraine, c’est une des seules offensives déclarées et assumées envers une démocratie depuis 1945.

Cyrille Bernier

10 avril

Paysages sur fond sans temps

Essai

Les montagnes défilent derrière la fenêtre de l’autobus qui s’enfonce vers le nord. Le peuple rieur de Serge Bouchard à la main, je découvre la culture innue, je me prépare à la rencontre qui vient. La lecture avance lentement, car je lève sans cesse le regard vers la parade sans fin d’épinettes noires, de pins gris et de peupliers faux-tremble qui tissent la toile de la Côte-Nord. Sur le flanc des falaises, la neige gruge le noir de la roche et c’est comme une toile de Borduas 

Rose Côté

16 avril

Novæangliae

Nouvelle

“Hear me sing / Swim to me (…) / Let me enfold you / Here I am (…) / Waiting to hold you”

—Tim Buckley & Larry Beckett, Song to the Siren

Quand es-tu venu à moi ? À quand remonte ton premier chant, ton premier appel ?

Émilien Côté

8 avril