POÉSIE

27 octobre

Deux paréidolies

Rose Côté et Emmanuel Brouillette

249576746_951271982151143_4464131435769357503_n.png

 

                                                  LES PHOSPHÈNES

— Il y a des lumières derrière mes yeux !

Je ferme les paupières

Mais je ne dors pas.

Je regarde le mouvement des lumières

Ici, c’est l’espace

Des galaxies — ombres rouges

Violettes

Tous ces points comme des étoiles

Partout

Je me concentre

Je regarde loin (le plus loin possible).

— Comment comprendre cette profondeur

Vers laquelle je ne peux avancer ?

Parfois, je joue à serrer fort mes yeux

Ou je pose mes paumes par-dessus

Oh! Essayez les deux en même temps

Vous verrez de lentes baleines bleues

Et si je pèse avec le bout de mes doigts (trois pour être précise)

Je crée des explosions de couleurs

Pulsatiles

Des lassos verts

Un grand œil de hibou

Aux iris mouvants comme l’onde

Au passage d’un caillou.

Je ferme les paupières

— Quel drôle de jeu !

J’ai l’espace en moi.

                                                                                                                — Rose Côté

                                                                     

                                                        LE GLAPISSEMENT 

 

La mâchoire approche

Tu cries ton cri de renard

Celui qui te fait recracher

Les bronches en boule de chair

Et la voix comme une brume.

 

Je n’ai pas le vœu de ta mort

Mais la mâchoire approche

Et mes bras n’ont jamais tenu

Sous le ciel et l’odeur du ciel

Le poids chaud de ton corps gibier.

 

Et maintenant c’est ta tête

Couverte de feuilles

C’est ta tête à l’orée du fer

À l’auréole mécanique.

 

              Tu glapis

        Tu te tais

Mâchoires closes.

 

La marche est lourde de ton crâne

De la couronne rouillée

Et tes oreilles s’enfoncent

Quand le sol s’infiltre

Par le grain dans tes fractures.

Tu deviens en peluche

Rembourré de terre.

 

Je n’ai qu’à te retourner au berceau

Bras et jambes raides sous l’édredon

La tête enfoncée dans le matelas

Jusqu’à ne plus sortir du sommier.

Mon renard il est temps

D’entonner la comptine de nuit.

                                                                                       — Emmanuel Brouillette 

Correction: Rose Côté et Emmanuel Brouillette

Illustration: Fiona Ivers