avril | 2021

image0.jpeg

Oeuvre du mois par Marianne Saillant-Sylvain

​Ô mes yeux ce matin grands comme des rivières

Ô l’onde de mes yeux prêts à tout refléter

Et cette fraîcheur sous mes paupières

Extraordinaire

Tout alentour des images que je vois

Comme un ruisseau rafraîchit l’île

Et comme l’onde fluante entoure

La baigneuse ensoleillée

« Rivière de mes yeux », Regards et jeux dans l'espace,

Hector de Saint-Denys Garneau

Revue d'actualité du mois d'avril

ACTUALITÉS

Le Comité Démos vous présente la revue d’actualité politique du mois en collaboration avec l’éclo. Ce mois-ci, il est question du COVID-19 en Inde, de George Floyd, du sommet sur le climat, du budget fédéral, de la loi 101 au cégep et de la loi 21.

Comité Démos

28 avril

22 avril, journée internationale de la Terre

SUGGESTIONS

En ce 22 avril 2021, 51e journée internationale de la Terre, le comité Gaïa vous propose quelques astuces et activités visant à célébrer et à protéger notre belle planète bleue. 

Le comité Gaïa

22 avril

La charge mentale et ton cadeau de fête des Mères

OPINION

J’ai écouté une vidéo YouTube l’autre soir. Jimmy Kimmel interrogeait des pères dans la rue et leur posait des questions sur leurs enfants. Quelle est la date de fête de votre enfant? À quelle école votre fille va-t-elle? Connaissez-vous le nom de sa meilleure amie? La base, non? Si vous saviez le nombre de pères qui étaient incapables de répondre... Puis viennent les mères, qui répondent correctement à tout, sans aucune hésitation.

Le comité Artémis

18 avril

Rythme dystopique, cœur qui bat, Art qui va

NOUVELLE

Il est dans le transport en commun. Le bruit dégueulasse du moteur lui vrille les oreilles; une vraie torture qui lui empêche d’écouter le silence. Dehors, il fait déjà noir. Son front est en sueur qui lui coule sur les joues jusqu’à son menton, mais Il ne remarque pas ça. Il est vraiment ailleurs. Ses yeux creusés vont, viennent de gauche à droite.

Pierre-Étienne Lepage

14 avril

L’Esthétisme caché 

ANALYSE

« It was very textural. You know what I mean? It was perfectly integrated and it had a… marvelous kind of negative capability. » (14 : 10) Probablement ma réplique préférée du  film Manhattan de Woody Allen. Elle est prononcée par Marie (Diane Keaton), une  journaliste aux allures intellectuelles, à l’endroit d’Isaac David (Woody Allen) et de sa  copine Tracy (Mariel Hemingway) alors qu’ils débattent de la beauté et de la pertinence  d’une sculpture d’art moderne après une rencontre à l’improviste au musée. 

Thomas Arteau

11 avril

Les rutabagas: LE mystère dévoilé !!!

OPINION

Vous ne fermez plus l'œil de la nuit, car vous ne pensez qu’aux rutabagas ? Vous avez plus hâte de découvrir cet aliment sensationnellement rond que de voir poindre la fin de la pandémie ? Vous sentez que les rudiments du rutabaga vous manquent et qu’une cruelle passion inassouvie vous pousse à en redemander ? N’ayez crainte ! Les réponses tant attendues à TOUTES vos questions se trouvent ici. Il est grand le mystère de la foi, mais j’éclaircis aujourd’hui celui du rutabaga.

Laurent Porter

7 avril

L’épidémie silencieuse : Un regard sur les hikikomori

OPINION

Le confinement n’est rien de grave pour les hikikomori, les nouveaux ermites d’Asie. Ce phénomène d’isolement, propre à l’ère du numérique et à l’emprise grandissante des médias sociaux sur nos vies, touche plus de 541 000 personnes au Japon. À l’abri du monde extérieur, parfois grâce au soutien de ses parents, l’hikikomori passe volontairement des périodes excessives de temps enfermé dans sa chambre, celle-ci prenant parfois des allures d’un véritable nid portant des mois, voire des années d’isolement. L’adolescence éternelle, y aurait-il une solution?

Marianne Saillant-Sylvain

2 avril

SPOT : Faire différent pour une clientèle vulnérable !

ARTICLE

Selon leur site web, SPOT est « un organisme à but non lucratif, fondé à Québec en février 2014, dont la mission est d’améliorer l’état de santé des personnes marginalisées, désaffiliées, en situation de vulnérabilité sociosanitaire, non rejointes par l’offre de soins et services existante, et de former une relève professionnelle sensibilisée aux enjeux sociaux et aux besoins de santé de ces personnes. »

Mélodie Laflamme

26 avril

La culture du viol dans les films

OPINION

Notre culture détermine inéluctablement nos modes de socialisation liés à notre manière de penser, d’agir, de sentir. Celle-ci englobe de nombreux éléments tels que les mœurs, les normes ou même les productions artistiques et matérielles. Étant une fervente amatrice du cinéma, je mettrai en lumière certains comportements problématiques qui promeuvent une culture du viol dans 6 films de diverses époques. 

Béatrice Casgrain-Rodriguez

21 avril

Le poids de la nature

OPINION

Peu à peu, la courbe du progrès humain nous distance d’un état initial de soumission totale aux forces de la nature. Cependant, il est encore quelques ressentis charnels qui abêtissent la mémoire. Mais, souvent au malheur général, d’autres non. Nos réactions sont le prolongement de cet ordre sensible des pressions qu’exerce la nature sur nos vies. C’est toute la tragédie de l’erreur hiérarchique.

Micha Globensky

17 avril

Il y a cent ans, on découvrait l’insuline

ARTICLE

C’est en 1921 que Frederick Banting et Charles Best ont pour la première fois réussi à isoler l’insuline à l’Université de Toronto. Cette découverte a radicalement changé le monde médical et a amélioré la qualité et l’espérance de vie de millions d’individus atteints du diabète. Avant cette percée scientifique, le traitement de cette pathologie était à tout le moins difficile. Un siècle après cette découverte majeure, retraçons les avancées qui ont jalonnées l’évolution du traitement du diabète à travers l’histoire.

Noémie Fortin-Tchernof

13 avril

L'anxiété

OPINION

L’importance de la santé mentale a longtemps été mise de côté. Trop longtemps. En raison de nos biais, lorsqu’on entend santé, on pense systématiquement à l’état physique d’une personne. Pourtant, la santé mentale, bien que primordiale au bien-être d’une personne, reste ignorée, comme invisible. Cette réalité a toujours été présente, mais elle semble avoir pris énormément d’ampleur en un an. Depuis le début de cette déchirante pandémie. De cet isolement. De cette adaptation constante. Il faut continuer d’aborder le sujet pour faire tomber les préjugés et éradiquer la stigmatisation qui orbite autour. 

An Meilodi Paquet

10 avril

Guide du parfait allié

OPINION

Salut les gars,

Je commence ça amicalement, parce que je pense que tout le monde a besoin de se rappeler que c’est ce qu'on est d’abord et avant tout : des amis. Ce n’est pas un combat entre les hommes et les femmes, ce n’est pas un bras de fer ni un concours du «plus privilégié». C’est une lutte commune et on a besoin de tous et chacun pour la réaliser. C’est donc dans cet état d’esprit que je vous présente ce guide du parfait allié. Rassurez-vous, je ne me suis pas levée un matin en décidant que je vous dicterai quoi faire selon mes valeurs ; j’ai sondé des centaines de femmes, j’ai cherché et j’ai reformulé pour en arriver à ces points absolument vitaux. Voici donc, mes chers amis, comment être un parfait allié à la cause féministe.

Valérie Montour pour le comité Artémis

5 avril

De chair et de sang

ARTICLE

Avant, elles étaient en vie. 

Elles admiraient la glace ambrée qui scintillait sous le ciel embrasé et se plaignaient du vent qui giflait leurs doigts. Elles buvaient les bourrasques glacées du vent qui s’engouffrait par la fenêtre de leur voiture les nuits d’automne pendant que leurs amis chantaient jusqu’à s’érafler la gorge. Elles contemplaient les braises animées d’un feu de camp les soirs d’été et s’agrippaient aux chaînes glacées des balançoires alors qu’elles s’envolaient pour plonger dans la lumière qui se déversait des étoiles.

Énora Fortin-Fabbro

23 avril

La plus grande imposture intellectuelle des temps modernes

OPINION

J'aimerais attirer l'attention sur un enjeu auquel trop peu de temps d’antenne est consacré. Son rôle d'avant-plan dans la genèse de nos sociétés est pourtant à l'origine du mur que l'humanité s'apprête à frapper si rien ne change. Je parle ici du détournement sémantique dont a fait l'objet le mot « économie » depuis l'ère industrielle. On a vidé ce mot de son sens. Il est temps de se le réapproprier.

Arthur Légaré

20 avril

La numérisation du système de l’éducation

ARTICLE

Le 31 mars dernier, François Legault annonçait lors d’une conférence de presse l’adoption de nouvelles mesures « d’urgence » s’appliquant aux villes de Québec, de Lévis et de Gatineau. À peine les établissements d’études supérieures avaient-ils entamé un processus de déconfinement que ceux-ci se sont heurtés une fois de plus aux conséquences d’une recrudescence marquée de cas issus de la pandémie, les contraignant ainsi à effectuer un retour complet à l’enseignement à distance.

Marianne Richer

16 avril

Embrasser le sauvage

CRITIQUE

Déjà le fruit, premier recueil de la poétesse Anne-Julie Royer, se lit comme une ode aux silences simples et aux parures sylvestres. Ce livre, construit à la verticale, se compose de poèmes élancés où les mots, à l’instar des feuilles d’automne, semblent chuter jusqu’au bas de la page — les vers se transforment sous l’action de la gravité. L’auteure crée ainsi un style léger et gracile, comme si les textes, oiseaux des bois, ne se nourrissaient que dans le creux figé d’une main tendue.

Emmanuel Brouillette

12 avril

Le visage de l'entraide dans nos quartiers

OPINION

Bien que le nom de l’organisme soit : « Le café-rencontre, La soupe populaire du centre-ville », il s’en passe bien plus à l’intérieur qu’une simple distribution de repas à faibles coûts.

Emilie Simard

8 avril

Le monde qui commence

ESSAI

La poésie est en moi l’enfant qui pose son regard sur le monde. La poésie, c’est quand je marche dans la rue et que je fais des câlins aux arbres en cachette, quand je partage un élan de joie avec un ami, quand j’ai les pieds nus dans le sable, au bord du fleuve, et que le vent du large plein d’algues et de sel s’engouffre en moi.

Rose Côté

4 avril